ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 20/4 - 2011  - pp.335-342  - doi:10.1007/s13546-011-0276-5
TITRE
Hépatite alcoolique aiguë : prise en charge en 2011

TITLE
Acute alcoholic hepatitis: management in 2011

RÉSUMÉ

L’hépatite alcoolique aiguë (HAA) associe une défaillance hépatique et un ictère évoluant dans un contexte d’intoxication éthylique chronique. Elle résulte de deux types d’agression hépatique par l’éthanol : une toxicité dose-dépendante et une réaction immuno-inflammatoire. Le diagnostic d’hépatite alcoolique repose avant tout sur la clinique (comprenant un ictère, un fébricule, une ascite, des signes de dénutrition, une encéphalopathie hépatique et/ou une hépatomégalie mousse) et la biologie (comprenant une élévation des aspartates-aminotransférases [ASAT] > 2N avec un ratio des ASAT/alanines-aminotransférases [ALAT] > 2, une hyperleucocytose, une hyperbilirubinémie totale et/ou une élévation de l’International Normalized Ratio [INR]). Néanmoins, le diagnostic doit souvent nécessiter le recours à l’anatomopathologie. La biopsie hépatique est alors réalisée par voie transjugulaire. Les outils d’estimation de la sévérité de la maladie sont à ce jour bien validés (scores de Maddrey, de Glasgow, de MELD…). Dans toutes les situations, le sevrage éthylique est la première étape du traitement. Le traitement de référence actuel dans les formes sévères est la corticothérapie. La pentoxifylline ou la nutrition entérale peuvent constituer une alternative séduisante chez les patients porteurs d’une infection non contrôlée. En cas d’échec, les traitements de rattrapage restent à définir.



ABSTRACT

Acute alcoholic hepatitis associates liver failure and jaundice in a context of chronic ethanol intoxication. It results from two mechanisms of ethanol-induced liver aggression: a dose-dependent toxicity and an inflammatory response. Diagnosis is based on clinical examination (assessing jaundice, fever, ascitis, malnutrition, hepatic encephalopathy, and/or tender liver) and laboratory tests (showing elevated aspartate aminotransferase > 2N with an aspartate aminotransferase-to-alanine aminotransferase ratio > 2, elevated white blood cell count, increased serum bilirubin, and/or increased international normalized ratio [INR]). Transvenous liver biopsy is useful to confirm the diagnosis. Several prognostic scores have been validated, including Maddrey, Glasgow, and MELD scores. Abstinence from ethanol is basically required. The current gold standard treatment includes corticosteroids. Pentoxifylline and enteral nutrition may be considered in case of uncontrolled infection. If refractoriness is assessed, salvage treatments remain to be defined.



AUTEUR(S)
B. DUPONT, T. DAO, M.-A. PIQUET

Reçu le 15 février 2011.    Accepté le 21 avril 2011.

MOTS-CLÉS
Hépatite alcoolique, Corticoïdes, Pentoxifylline, Éthanol, Nutrition entérale

KEYWORDS
Alcoholic hepatitis, Corticosteroids, Pentoxyfyllin, Ethanol, Enteral nutrition

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (239 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier